Le Petit Chaperon rouge et l’évolution des personnages

Un article de Louisanne Lethiecq

Oh! qu’il est gentil le loup!

Il cueille de jolies fleurs, ramasse de succulents petits fruits et s’amuse gaiement à la corde à sauter avec le Petit Chaperon rouge. Quelle joie! Hourra!

Mais détrompez-vous… Ce n’est qu’une façade pour mieux vous amadouer.

Le perfide personnage se garde bien de vous montrer sa véritable nature… sans quoi vous ne le suivriez pas…jusque dans la gueule du loup!

« Et la galette dans tout ça? » de Jean-Philippe Lemancel publiée aux Éditions Didier jeunesse est une œuvre percutante. Pratiquement sans texte, elle aborde la notion de trahison, de fourberie et de confiance aveugle. Tout ça, dans une version déroutée du classique de Perreault. J’adore!

L’histoire débute dans les pages de garde initiales et se termine dans les pages de garde finales. Cette mise en page témoigne de l’importance d’exploiter le paratexte avec attention, au risque de se priver d’une information précieuse.

On retrouve très peu de texte dans cet album et la structure textuelle est enchâssée (il serait intéressant de travailler ce type de texte avec les élèves dans le cadre d’une activité d’écriture). À mon avis, le choix de limiter la présence du texte est judicieux, car le lecteur dirige alors toute son attention sur les illustrations. Il perçoit donc l’évolution des personnages avec force. Elle lui apparait alors comme un tsunami visuel. En effet, en une seule page, l’ambiance casse brutalement et on comprend rapidement que celui que l’on croyait amical nous voulait en fait du mal. Pour cette raison, cet album pourrait servir de point de départ à une discussion sur la sécurité (enlèvement, agression, intimidation, etc.). Il faudra bien entendu adapter la discussion à l’âge de vos élèves.

Les illustrations au graphisme épuré sont très évocatrices. Petite frousse assurée.

Pour vous procurer cette œuvre, cliquez sur la première de couverture (voir un extrait).

Galette

 

By | 2017-10-01T08:22:27+00:00 octobre 29th, 2015|0 commentaire

Laisser un commentaire