Travailler l’interprétation et réfléchir à des moyens concrets pour cultiver la paix

Une collaboration spéciale de Nathalie Forget, enseignante en adaptation scolaire au 2e cycle


La guerre n’est certainement pas une thématique nouvelle. Celle-ci existe depuis que l’homme est Homme et que certains sujets seront malheureusement toujours d’actualité. Les événements troubles des derniers temps, les attentats de Paris, la Syrie et l’arrivée de nouveaux migrants, sont venus me secouer et me rappeler mon rôle de médiatrice pour aider les élèves à avoir une meilleure compréhension des témoignages et des images perturbantes véhiculées par les différentes formes de médias.

Inexorablement, les concepts de guerre et de paix sont étroitement liés. Le premier nous rappelle la chance que nous avons d’avoir le second. Tout comme moi, vous connaissez certainement le dicton plutôt archaïque  « Si tu veux la paix, prépare la guerre ».  Drôle d’idée!? N’y a-t-il pas d’autres solutions à envisager?  Ne pourrions-nous pas répondre à la guerre par une immense dose d’amour et de fleurs?

le baron bleuPour réfléchir à la guerre et à la paix, j’ai sélectionné un album différent avec des solutions innovatrices pour régler nos conflits. LE BARON BLEU est un ouvrage d’une grande valeur pédagogique, ouvrage conceptualisé par le formidable tandem Baum-Dedieu. En plus d’un moyen renouvelé d’aborder ce sujet plusieurs fois exploité, l’album possède des qualités au niveau de l’étendue lexicale sur la guerre, les jeux de mots  et le sens figuré du vocabulaire. Un autre point qui a contribué au choix de cette oeuvre découle de sa grande sensibilité et de son engagement éthique. Le texte est court et  permet de faire ressortir la dimension de l’interprétation  en discutant du message  de l’auteur à la suite de l’écoute de l’histoire. Grâce à cette intention d’écoute, les élèves pourront ensuite débattre de leur interprétation.

Un extrait de l’album : Ravigoté par cette victoire, le baron remit les gaz. Puisque  la force d’un livre était dans ses pages, le combat pouvait reprendre. Le baron n’avait pas encore lâché son dernier mot!


Quel  message  Baum et Dedieu veulent-ils nous transmettre à travers cet album?

Une interprétation possible est que la  connaissance par le biais de la transmission des livres est une des meilleures façons de réaliser la paix.  Les mots ont un poids et une force. Il faut savoir les utiliser. Les armes n’entraînent  que la violence. On récolte ce que l’on sème, il nous faut semer autre chose que des munitions.


Et  après… (pistes pédagogiques)

Écriture : Question de conserver cet élan, pourquoi ne pas demander aux élèves de composer un court texte et de réfléchir à un moyen concret de faire rayonner la paix autour de nous?  C’est une porte d’entrée, une résolution et un souhait de paix pour l’année 2016.

Exploiter le lexique thématique présent dans l’album : Demander aux élèves de relever les mots qui appartiennent au champ lexical de la guerre et de les inscrire dans un tableau selon leur classe.

Repousser, armée ennemie, projectile, régiment, défendit, 
guerre, ennemi, munition, atteignit, cible, général, assommé,force,
combat, lâché, cibler, largua, explosifs, désarmante,
trêve, front, assaut, stratège, larguer, les lignes ennemies,
soldats, camp, touchés, décoré, armes

Fiche de l’élève : LE BARON BLEU


Pour vous procurer le livre dont il est fait mention dans l’article, cliquez ici:

le baron bleu


 

CC © Nathalie Forget

By | 2017-10-01T08:22:25+00:00 janvier 5th, 2016|1 commentaire

Un commentaire

  1. Marie-Josée 5 janvier 2016 à 12 h 38 min␣- Répondre

    Merci pour cet article Nathalie! Je voulais utiliser cet album en entretien de lecture et tu viens de changer complètement ma façon de l’exploiter! Merci 🙂

Laisser un commentaire