Je voudrais voir « La mer », dit le poisson de Marianne Dubuc à Michel Rivard…

Par Julie St-Pierre

Vous connaissez surement Marianne Dubuc. C’est l’auteure-illustratrice derrière L’autobus, album qui a remporté Prix TD de littérature pour l’enfance et la jeunesse 2015. Dans  La mer, madame Dubuc raconte, sans mots (c’est un album sans texte), l’histoire d’un poisson volant qui tente d’échapper à un chat affamé. Voici quelques idées d’exploitation de cet album qui est une 2e édition du premier livre écrit par l’auteure-illustratrice.

La mer

© Marianne Dubuc « La mer », Éditions La pastèque.*

Tout d’abord, un travail de lecture et d’analyse d’illustrations peut être fait. L’auteure-illustratrice utilise, à quelques reprises, le décadrage pour faire comprendre aux lecteurs que les personnages se déplacent. La troisième page (la page 1 étant la 1re page avec illustration) présente, du côté gauche de la double page, un chat incomplet qui fait son arrivée dans la pièce. Les pages cinq et six démontrent un gros plan du chat et du poisson. Ce rapprochement a pour effet de ressentir « l’urgence » de la situation : le chat examine sa proie avec attention. Lorsque le poisson volant se cache dans les arbres, parmi les oiseaux, les trois doubles pages qui se succèdent sont présentées avec des plans de plus en plus rapprochés, comme si l’on voyait la scène en faisant un plus gros zoom. Aux pages 11 à 14, c’est l’angle de vue utilisée qui diffère. L’illustration en plongée (vue d’en haut) nous fait comprendre que le chat tente d’attraper le poisson alors que celui-ci tente de lui échapper. Un autre élément à faire observer aux élèves : les couleurs utilisées par l’auteure-illustratrice. Le fait que les illustrations soient en noir et blanc avec quelques touches de rouge est particulier. Madame Dubuc réussit, très bien, avec du noir et du blanc à nous plonger tantôt dans l’obscurité et tantôt à nous faire « voir » la lumière. À la dernière page, le soleil brille de tous ses feux, en noir et blanc !

Ensuite, cet album est parfait pour travailler l’énonciation. Cette composante de l’écriture consiste à mettre les idées en phrases. En effet, les élèves n’auront pas à créer l’histoire (conceptualisation), elle est là, bien présente, portée par les illustrations. Ce qu’ils pourront faire, c’est de la « mettre en mots ». Ce travail peut se faire en écriture collective, toute la classe peut donc participer à la création d’une seule histoire, l’enseignante ou un élève note au tableau les idées, les phrases. En lecture à deux, les élèves pourraient se raconter l’histoire : le travail se ferait alors essentiellement à l’oral. Un retour en groupe classe permettrait donc de faire réaliser aux élèves qu’une même histoire peut être comprise de différentes façons : voilà une belle façon de travailler l’interprétation d’un texte en classe. Une autre possibilité de travail collectif serait de répartir les pages de l’album selon le nombre d’équipe de 2-3 élèves que vous avez en classe. En laissant l’album au coin lecture, au fil de la semaine, chaque équipe serait responsable d’ajouter des phylactères (bulles de paroles) et des cases qui situent le lieu et le temps (cases rectangulaires dans le haut des cases des bds).

La mer2

© Marianne Dubuc « La mer », Éditions La pastèque.*

La chasse du chat se poursuit jusque dans l’espace : étoiles, planète et étoile filante sont au rendez-vous. L’imagination de vos élèves sera bien servie. Les pages soixante-et-un et soixante-deux peuvent être interprétées comme un clin d’œil au Petit Prince de St-Exupéry. L’histoire se termine sur un coucher de soleil alors que le poisson retrouve son habitat naturel : la mer.

En arts, l’étude des motifs créés par Marianne Dubuc pourrait être faite. Par la suite, les élèves pourraient réaliser des dessins à la manière de. En science, les chaines alimentaires, l’espace, les habitats naturels sont des éléments qui pourraient être abordés. En français, les élèves pourraient imaginer à qui appartiennent les vêtements sur la corde à linge, qui habite dans la maison (cuisine avec deux chaises), à qui appartiennent les deux animaux, quels sont leurs noms…

Voici un lien à suivre pour découvrir la fiche pédagogique réalisée par la maison d’éditions. Un deuxième lien vers un article sur l’auteure-illustratrice Marianne Dubuc.

Cet album peut occuper une place de choix en classe, peu importe le cycle!


Pour vous procurer l’album dont il est fait mention dans l’article…

*Extraits diffusés dans l’article avec l’accord de l’auteure-illustratrice.

CC © Julie St-Pierre

By | 2017-10-01T08:22:24+00:00 avril 10th, 2016|0 commentaire

Laisser un commentaire