La fourmi, le loup et de l’intertextualité

Par Julie Robert

À la rentrée littéraire, à l’automne dernier, je découvrais les nouveautés…

Plusieurs livres m’emballent, celui-ci tout particulièrement est un véritable coup de coeur. En congé de maternité cette année, j’ai hâte (mais pas tant que ça 😉 ) d’être de retour pour l’exploiter avec mes cocos!

Dans ma classe, j’aime aborder les contes avec mes élèves en les exposant à différentes versions, de différents points de vue. C’est exactement ce que nous propose Jeanne Ashbé dans cet album. Elle nous plonge dans l’histoire du Petit Chaperon rouge, mais d’une tout autre façon. C’est en effet sous un angle différent que nous redécouvrons ce conte si connu. Une petit fourmi nous le raconte, de son point de vue.

L’exploiter dans votre classe en tenant compte de…

  • Intertextualité

L’intertextualité c’est de faire des liens avec un autre texte, dans ce cas-ci avec le conte du Petit Chaperon rouge. Dans l’article d’Alexandra paru en mars dernier, elle vous proposait un réseau sur le Petit Chaperon rouge. Voilà que cet album pourrait le compléter ou encore, compléter le réseau que vous avez vous-mêmes mis de l’avant dans votre classe.

Mettant la table dès le départ, nous plongeant dans l’univers du protagoniste de l’histoire (la petite fourmi), Jeanne Ashbé nous amène en pleine forêt, là où tout commence. On y voit donc la grande, grande, grande forêt.  Puis, on se rapproche de la grande, grande, grande maison. Finalement, un plan en plongée nous dévoile la grande, grande, grande cuisine dans laquelle la petite fourmi habite. En lisant ces premières doubles pages, j’étais déjà conquise par la voix d’Ashbé. De là, tout s’enclenche : la petite fourmi escalade un grand, grand, grand pot de beurre. Elle se régale et, contre son gré, elle se fait embarquer dans cette aventure. Elle assistera donc à cette histoire tant connue du Petit Chaperon rouge. Une narration d’un point de vue externe qui amènera le lecteur à redécouvrir ce conte sous un autre angle.

fourmi-et-loup-18-19

© Jeanne Ashbé « La fourmi et le loup », Pastel – L’école des loisirs.*

  • Intérêt de la typographie

Demandez à vos élèves de bien observer la typographie dans l’album. Lorsqu’il s’agit d’une GRANDE GRANDE GRANDE forêt, les caractères sont plus gros, mettant l’accent sur la grandeur de ces bois. Puis, lorsque l’on rencontre la fourmi, la petite petite petite fourmi, les caractères se font plus petits, contrastant avec cet univers immense dans lequel elle vit. Et comme auteurs, vos élèves pourraient-ils s’inspirer de ces choix typographiques lorsqu’ils publient leurs écrits?


Pour vous procurer le livre dont il est fait mention dans l’article…

*Extrait diffusé dans l’article avec l’accord de l’éditeur.

By | 2017-10-01T08:22:02+00:00 janvier 15th, 2017|0 commentaire

Laisser un commentaire