Par Amélie Ponton

Le bureau des poids et des mesures écrit par Anne-Gaëlle Balpe et illustré par Vincent Mahé aux éditions Milan.

J’ai été charmée au premier coup d’œil par cet album grand format aux allures rétro.  L’illustration et le titre nous emmènent immédiatement dans un univers mathématique où la mesure est à l’honneur.  Le narrateur, un jeune garçon, informe le lecteur que son papa est ingénieur au Bureau des poids et des mesures.  « Chaque jour, il vérifie qu’un gramme pèse bien un gramme, qu’un mètre mesure bien un mètre, qu’un degré chauffe bien autant qu’un degré et que trois plus trois est toujours égal à six ».  On comprend rapidement qu’il s’agit d’un être très rationnel.  Ainsi, lorsque son fils revient de l’école à l’envers (comme son sourire, dirait son père), Marcel en est bien perturbé.  Il ne peut pas mesurer la tristesse de son fils!  Qu’à cela ne tienne, ensemble, ils décident d’inventer de nouveaux instruments pour mesurer ce qui ne l’avait jamais été auparavant : le sourire en youpis, le chagrin en ouinbels ou même l’amour en kilojtèmes.  Cependant, alors que leurs instruments circulent dans la ville et sèment peu à peu la pagaille, ils comprennent que les sentiments ne sont peut-être pas faits pour être mesurés…

Pistes pédagogiques

Bien sûr, cette œuvre se prête particulièrement bien à l’enseignement des mathématiques.  Par contre, je vous propose d’en faire une première lecture à haute voix uniquement pour en saisir toute la beauté et discuter de la thématique avec les élèves.  L’idée de vouloir mesurer les sentiments des autres et les comparer peut mener à de belles réflexions.  Ils réagiront aussi certainement aux illustrations semblant venir d’une autre époque et au choix de couleurs original.

Lors d’une deuxième lecture, je vous invite à donner l’intention suivante à vos élèves : « Maintenant, portons notre attention sur tout ce qui concerne la mesure.  Qu’est-ce qui est mesuré, à l’aide de quel instrument et avec quelle unité de mesure ?».  Le travail incroyable de l’illustrateur en collaboration avec le texte se doit d’être observé attentivement.  Les jeunes se plairont à y déceler toutes les unités de mesure intégrées aux images.  Ceci étant fait, vous pourrez ensuite faire une carte d’organisation d’idées sur leurs connaissances antérieures à propos de cette notion :

Ici, selon les interventions des élèves, j’ai classé leurs idées de cette manière : Ce qui peut être mesuré, Unité de mesure et Instrument de mesure.

Plusieurs possibilités s’offrent ensuite à vous.  Par exemple, estimer et effectuer des mesures non conventionnelles dans la classe (la surface d’un bureau avec des papillons autocollants, la longueur du corridor avec des crayons, la capacité d’un étui à crayons en cube-unités, etc.).  Aussi, pourquoi ne pas inventer des instruments ainsi que leur unité de mesure respective pour des sentiments qui ne se retrouvent pas dans le livre?  Si ce n’est pas déjà fait, relever les mesures ajoutées parmi les illustrations ou même les estimer avant de les divulguer.  Finalement, utiliser celles-ci pour pratiquer la conversion d’unités de mesure.

N’hésitez pas à nous partager les activités que vous ferez suite à la lecture de cet album!

 

Pour vous procurer l’album dont il est fait mention dans l’article…