Par Julie Robert


Vous connaissez déjà le travail d’Orbie (Marie-Eve Tessier-Collin, de son vrai nom), c’est certain. Elle a illustré entre autres en 2014 La petite truie, le vélo et la lune et aussi Sven le terrible. Une de ses plus récentes parutions m’a séduite : La corde à linge aux éditions 400 coups.

Lorsque j’ai découvert la 1re de couverture, j’ai tout de suite été intriguée par le titre oui, mais surtout par l’illustration qui l’accompagne. Un petit garçon semble plutôt mal pris. Je me suis demandé alors comment il avait bien pu faire pour être pris sur une corde à linge.  En lecture à voix haute, il serait intéressant d’amener vos élèves à construire leur intention de lecture, qui risque sans doute de se rapprocher de la mienne.

J’imagine que vous êtes comme moi et que vous observez toujours avec vos élèves tous les éléments du paratexte avant de plonger au coeur d’une lecture?  Un article pour vous sur ces éléments si jamais.  Arrêtez-vous à la dédicace avant de commencer.

À Réal, qui m’a inspiré cette histoire (merci!) et à tous les enfants qui se sont un jour retrouvés au milieu d’une corde à linge.

Je me suis alors demandé s’il s’agissait d’une figure de style créée de toute pièce par Orbie ou si des enfants (et ce Réal) se sont déjà retrouvés vraiment coincés sur une corde à linge!? J’ai donc posé la question directement à Orbie! 🙂 Voici ce qu’elle m’a répondu… Une délicieuse information à partager à vos élèves à la suite de votre lecture collective!

L’histoire de La corde à linge est inspirée de ce que Réal Godbout a vécu enfant, pour vrai de vrai, au même âge que le Réal de mon histoire. (Il aimait tirer sur le noeud de la corde à linge et un jour, il s’est ramassé au milieu de la corde à linge) Je trouvais ça tellement fou qu’un enfant ait vécu ça que je n’ai pas eu d’autres choix que de l’écrire et la dessiner, en me plongeant dans sa peau et en essayant d’imaginer comment un enfant de cet âge se sentirait, qu’est-ce qu’il essaierait de faire pour s’en sortir et par quelle gamme d’émotions il passerait.

© Orbie, « La corde à linge », Éditions Les 400 coups.*

La corde à linge, c’est une histoire racontée au « Je », une narration interne qui nous amène à réellement prendre conscience de comment se sent le petit Réal. Réal, 5 ans, est intrépide, serviable,  mais aussi avare de friandises.  Il est toujours prêt à aider sa mère à faire des corvées moyennant quelques pièces.  Il s’empresse une fois la tâche accomplie de se rendre au dépanneur du coin pour acheter des…bonbons! Nous comprenons vite que Réal est un habitué. Là où ça se corse c’est quand Réal, comme à son habitude, dévale l’escalier pour se rendre au dépanneur et s’amuse en passant à tirer le noeud de la corde à linge à sa portée : le bruit qu’elle fait l’amuse toujours. Mais cette fois, il perd pied et se retrouve…accroché à la corde à linge.  Comment fera-t-il pour se sortir du pétrin? Une bande dessinée qui plaira assurément à vos élèves et à vous!

© Orbie, « La corde à linge », Éditions Les 400 coups.*

Pssttt! Orbie a plusieurs projets en cours présentement. Vous voulez des détails?!

Présentement, elle a d’autres projets de livres jeunesse en cours.  Elle a aussi en tête de mener un projet qui lui tient à coeur : rassembler de courtes bandes dessinées inspirées de ses enfants pour en faire un recueil (On peut d’ailleurs en voir plusieurs sur son blogue : www.orbie.ca/blog). On a hâte de lire ça!! Finalement, elle travaillera bientôt sur la suite des aventures de Sven-le-Terrible, puis sur une suite du livre Clovis est toujours tout nu. De très bonnes nouvelles!

Liens avec la Progression des apprentissages?

Profitez-en pour…

  • dégager quelques caractéristiques de textes qui racontent (de la bande dessinée dans ce cas-ci).
  • dégager quelques caractéristiques de la bande dessinée (ex. : vignettes, dialogues dans des bulles, personnage central ou héros, relations texte/image, ellipses, onomatopées)

Pour vous procurer le livre dont il est fait mention, c’est par ici :