Mon étrange famille: une oeuvre collective pour apprendre à se connaitre!

Par Lucie Béchard et Benita Kanozayire


Connaissez-vous ce magnifique album poétique de Lili Chartrand et Marion Arbona publié aux éditions D’eux? Pour nous ce fut un véritable coup de foudre dès que nous l’avons eu en main. Par contre, nous avons longtemps cherché comment l’exploiter en classe à son plein potentiel. C’est en discutant avec des enseignantes lors du #12 août j’achète un livre québécois que nos idées se sont concrétisées.

En début d’année, nous avons l’habitude de demander aux élèves de créer une œuvre qui les représente (armoiries, autoportrait, etc.). Lors de la rencontre de parents de début d’année, ces œuvres sont exposées et les parents sont invités à retrouver celle de leur enfant. D’ailleurs, nous vous invitons à lire ou à relire la proposition de Caroline Léveillé à partir de l’album Catalogue de parents pour ceux qui veulent en changer.  Cette année, c’est notre étrange famille que nous présenterons aux parents!

Lili Chartrand et Marion Arbona : un duo inspirant

Vous connaissez surement plusieurs œuvres de Lili Chartrand; Le gros monstre qui aimait trop lire, Millie Rose, Le parapluie jaune, La craie rose, etc. Avec Mon étrange famille, cette autrice chevronnée nous fait découvrir une famille hors du commun. Chaque double page nous présente un membre de la famille ayant une caractéristique bien particulière. C’est avec humour qu’elle nous fait comprendre que c’est notre singularité qui nous rend uniques et intéressants aux yeux des autres. Quelle belle porte d’entrée pour créer des liens entre les élèves et leur permettre de se dévoiler un peu… ou beaucoup!

Lili Chartrand et Marion Arbona, « Mon étrange famille », p. 6-7, Éditions D’Eux*

Lili Chartrand et Marion Arbona, « Mon étrange famille », p. 13 , Éditions D’Eux*

 

 

Et que dire des illustrations de Marion Arbona! Encore une fois, elle réussit avec brio à créer une atmosphère bizarre, voire même macabre pour accompagner le texte tout en poésie. Vous pourrez aussi remarquer qu’elle intègre des outils ou des objets du quotidien pour agrémenter la représentation des personnages. L’observation des illustrations permettra aux élèves d’utiliser un vocabulaire propre à l’appréciation d’œuvres d’art.

 

Lili Chartrand et Marion Arbona, « Mon étrange famille », p. 8-9, Éditions D’Eux*

 

 

 

 

 

 

Mon étrange famille ou mon étrange classe

À la manière de Lili Chartrand, nous vous proposons de créer une œuvre collective avec vos élèves. Cette activité leur permettra de mieux se connaitre puisqu’ils auront à décrire un de leur camarade en s’inspirant du style de l’autrice. Ce sera aussi l’occasion de développer leur sentiment d’appartenance puisqu’ils formeront, en quelque sorte, une grande famille au fil de l’année scolaire.

Déroulement du projet d’écriture collective

Lire quelques pages de l’album
La lecture interactive faite par l’enseignante permettra aux élèves de se plonger dans l’ambiance créée par l’autrice et l’illustratrice. Ils pourront aussi observer plusieurs éléments :

Cousine Angélique vit toute pliée dans sa petite maison de poupée. Elle a peur de se faire dévisager, car elle a trois yeux, mais un seul nez. Quand elle joue de la flûte traversière, ses paupières clignent sur les différents airs. Angélique aime aussi la lecture, à raison de trois livres par jour, sa maison croule sous les romans d’amour. (…) Elle est un peu zinzin, mais pas autant que mon cousin.

Mon étrange famille, Lili Chartrand, D’Eux, p. 28

  • Le rythme;
  • Les jeux de sonorité et les rimes;
  • Les expressions imagées;
  • La façon dont l’autrice introduit le prochain personnage;
  • etc.

Créer un tableau d’ancrage

Nous utilisons régulièrement des tableaux d’ancrage afin de regrouper les observations des élèves en ce qui a trait aux procédés d’auteur. Cet outil permet aussi d’élaborer un support visuel auquel l’élève pourra se référer lors de l’écriture. Nous vous montrerons celui bâti avec nos élèves une fois qu’on aura dégagé ensemble les procédés littéraires de l’autrice.

▪ S’exercer à rimer

Les élèves auront assurément observé la présence de rimes dans le texte de Lili Chartrand. Vous pourriez présenter uniquement l’illustration et tenter de faire prédire le texte par les élèves. Ceux et celles qui voudront se prêter au jeu pourraient également essayer de se rapprocher du style de l’autrice en faisant rimer leur descriptif provisoire. Après coup, on dévoile le texte de Chartrand et on compare avec les prédictions des élèves.

Réaliser une entrevue

Il est maintenant temps de créer notre étrange famille. Chaque élève devra réaliser une page du livre à propos d’un camarade. Pour faciliter le fonctionnement des prochaines étapes, il est préférable de créer des dyades. Nous avons aussi joué le jeu afin de nous permettre de modéliser chaque étape du projet. Tout d’abord, nous avons composé des questions d’entrevue pour un élève que nous avons pigé au hasard.

Pour commencer, en grand groupe, revoir la structure de la phrase interrogative. Nous allons aussi demander aux élèves de déterminer les caractéristiques d’une bonne question d’entrevue (ex. : question ouverte, information non connue des autres élèves). L’objectif pour l’élève est d’en apprendre davantage sur son camarade afin de surprendre les autres. Lorsque les questionnaires sont terminés, les dyades se rencontrent et répondent aux questions.

Écrire

Chaque élève prend le temps d’analyser les réponses de son camarade. Il peut alors choisir une ou plusieurs caractéristiques qu’il veut mettre en valeur. L’élaboration d’une banque de rimes peut être une stratégie efficace pour les élèves qui manquent d’inspiration. Les élèves rédigent un premier court texte descriptif en s’inspirant du style de Lili Chartrand.

Se réajuster

En grand groupe, demandez aux élèves de s’exprimer à propos de ce qu’ils ont aimé, de leurs difficultés, de leurs stratégies, de ce qu’ils aimeraient améliorer, etc.

En lisant leur texte à un autre coéquipier, ils pourront récolter des commentaires positifs et constructifs.
Ils pourront ainsi améliorer la qualité de leur description poétique. Il s’agit, par ailleurs, d’un premier laboratoire pour vous si vous envisager faire des ateliers d’écriture en observant leurs textes comme textes diagnostiques. Également pour vous faire une tête sur de futurs partenaires d’écriture 🙂

Créer un lien entre chaque page

Vous voulez pousser l’activité encore plus loin? Créer un lien entre chaque page avec les élèves. Vous aurez assurément du plaisir avec les élèves!

Réaliser une illustration

Vous voulez intégrer les arts plastiques? Commencez par une activité d’appréciation des illustrations de Marion Arbona! Les élèves peuvent s’exprimer sur plusieurs aspects :

  • Le choix des couleurs;
  • Les éléments présents;
  • Les formes et les lignes;
  • L’utilisation de l’espace;
  • etc.

Demandez-leur ensuite de créer une illustration qui accompagne la description. Vous pouvez ainsi imposer un médium (ex. : pastel gras, crayons de bois, feutres, etc.) ou les laisser libres de choisir. Comment Marion Arbona intègre des outils dans ses illustrations, cela pourrait être demandé aux élèves. Les exemples ci-dessous ont été réalisés sur un support de bois en utilisant des crayons aquarelles et un contour au feutre permanent. Chaque élève devait illustrer une passion, choisir deux couleurs accent et intégrer un ou plusieurs éléments en 3 dimensions.

oeuvres réalisées par des élèves de 3-4e année de la classe d’Émilie Furlotte et Catherine Bertrand, école Atelier (CSDM)

 

Libre à vous de choisir d’exposer les oeuvres en vue de la rencontre de parents ou de créer un album de famille-classe de manière collective. Au cours des prochaines semaines, restez à l’affût de nos publications sur notre compte Instagram pour voir, en temps réel, comment évolue le projet dans nos classes!

 

 

 

 

Cliquez sur l’image ci-dessous pour télécharger la planification complète du projet :

De l’étrange famille … au chien formidable: travailler l’appréciation

Vous souhaitez aller encore plus loin? La nouveauté de Davide Cali et Miguel Tanco est parue au printemps dernier chez Gallimard Jeunesse et serait plus que parfaite pour faire une première activité pour se tremper les pieds dans l’appréciation d’œuvres littéraires. Les deux albums se ressemblent beaucoup, puisqu’on nous dresse, ici aussi, le portrait d’une famille de chiens tous plus formidables les uns que les autres. Du moins, aux yeux de celui qui les regarde!

Les illustrations à elles seules en valent la peine, car elles sont parfois en opposition avec le texte, si on y prête attention. L’utilisation d’une couleur dominante sobre et lumineuse est aussi un choix esthétique qui pourrait être souligné par vous ou par les élèves, afin de comparer et cerner leurs préférences entre les deux albums. La chute surprendra vos élèves, mais demeure drôle et tendre. C’est surtout une histoire d’acceptation de soi, des différences et qui célèbre l’individualité au sein d’une même famille. Bref, un bel ajout à mettre dans votre collection!

Et vous, quel album utilisez-vous pour amener les élèves à mieux se connaitre?

*Extraits diffusés dans l’article avec l’accord de l’éditeur.


Pour vous procurer l’album dont il est fait mention dans l’article :

By |2019-08-22T09:34:30-04:00août 21st, 2019|0 commentaire

Laisser un commentaire