Par Rachel Cournoyer


Dans moins d’un mois, c’est la fête des mères. Plus que jamais, on aurait envie de serrer nos mamans dans nos bras pour leur dire combien on les aime. Elles qui nous ont porté, bercé, aimé, consolé…et bien plus encore!

Être une maman, c’est un bien petit mot pour tout ce que ça représente.

Future maman d’un petit garçon dans moins d’un mois, je me sens plus reconnaissante que jamais de tout le bagage que ma mère m’a laissée. Grâce à elle, je me sens prête à accueillir cette petite boule d’amour.

Comme cette fête des mamans se passera probablement en mode confinement, dur ce sera pour nous tous, je crois, de ne pas pouvoir exprimer en personne notre gratitude à celle qui nous est chère. D’où l’idée m’est venue de leur offrir une lecture en cadeau parce que, des fois, les mots expriment mieux tout ce qu’on voudrait dire.

Je vous suggère quelques albums à offrir aux mamans de votre entourage, en espérant mettre un petit baume sur nos cœurs.

Pour ces mamans qu’on veut remercier tendrement…

Maman. Un des premiers mots du monde.
Un nom unique‚ porté par des milliards de femmes.
Un mot pour dire l’amour‚ la tendresse‚ parfois le manque.
Il y a autant de mamans qu’il y a d’enfants.
Pourtant‚ lorsqu’une femme serre son bébé dans ses bras‚
elle ressemble à toutes les maman du monde. (résumé des éditions Mijade)

Ce sublime recueil est le cadeau idéal pour toutes les mamans du monde. Chaque page nous emporte dans un nouvel univers où l’on devient témoin, un instant, d’une relation mère-enfant unique et émouvante. Écrit avec poésie par Hélène Delforge, on ne peut qu’être touchés par la beauté des mots. Les illustrations de Quentin Gréban sont d’un réalisme saisissant, qui nous permet de vivre le moment raconté comme si nous y étions.

 

Ce bel album fait l’éloge de toutes les maternités, tant humaines qu’animales. Simple, juste et touchant, le récit prend la forme d’une déclaration d’amour d’un garçon à sa maman. Par l’entremise de métaphores ou de comparaisons symboliques, le narrateur énumère, au fil des pages, tout ce que sa mère représente à ses yeux, depuis sa vie intra-utérine jusqu’à l’âge adulte, en passant par différents stades de son éducation. Flamboyantes et joyeuses, les illustrations aux motifs, aux lignes et aux perspectives volontairement naïves mettent en scène la femme et son enfant, tout comme une variété d’animaux femelles portant, nourrissant ou protégeant leurs petits. L’album dans son ensemble dégage tendresse et harmonie. (commentaire descriptif de Livres ouverts)

Édité en 2014 aux éditions Circonflexe, ce beau livre coloré se veut une ode à toutes les mamans du monde. Mariana Ruiz Johnson nous fait vivre un beau moment où l’on se rappelle qu’être maman, c’est certes l’un des plus beaux cadeaux que la vie peut offrir.

 

Une maman, c’est comme un nid, une maman, c’est comme un véhicule, une maman c’est comme une fontaine… A la manière d’une comptine, ces phrases courtes accompagnent chaque étape du quotidien d’un bébé. Au fil des pages l’enfant grandit et passe par différents apprentissages. Le lecteur suit l’enfant au fil de ces petits pas qui sont de grandes étapes pour lui. La maman qui était un nid, un refuge pour le nouveau-né devient une route, une histoire ou un spectacle pour l’enfant qui joue. En même temps que l’enfant grandit, la distance qui le sépare de sa mère dans l’image s’agrandit aussi. Jusqu’à la dernière image, celle des premiers pas de l’enfant. Car une maman c’est comme une maison qu’on porte en soi pour toujours. (résumé des éditions les fourmis rouges)

 

Quelle belle découverte! À chaque page, l’autrice invente des comparaisons avec une maman, commençant toujours par :  «Une maman, c’est comme…». Les illustrations, très parlantes, s’harmonisent à perfection avec le texte, car elles donnent un deuxième sens aux analogies écrites. Les extraits de l’album ci-dessous le démontrent bien:

©Aurore Petit, «Une maman, c’est comme une maison», éditions les Fourmis rouges

Des petites phrases toutes simples, qui en disent long! Un livre qui fait un grand bien, qu’on aime lire…et relire !

Pour ces nouvelles mamans, vivant cette nouvelle étape de vie dans un contexte différent…

Que ne ferait-on pas par amour pour son enfant ? Mais la plus belle preuve de cet amour n’est-elle pas de pouvoir le laisser s’envoler et suivre son propre chemin ? Un texte d’une grande poésie qui exprime avec justesse tout la profondeur de l’amour d’un parent pour son enfant.  (résumé des éditions Alice Jeunesse)

 

Ne vous fiez pas aux couleurs de la page couverture pour vous faire une idée, car Marion Arbona y va d’une palette de couleurs très variées et éclatantes! Les images collaborent parfaitement avec le texte, et ne font qu’amplifier tout l’amour déployé dans les douces paroles d’Angèle Delaunois. Je vous partage ci-dessous mes deux phrases coup de coeur:

 

Je détournerai la rivière/ Pour que tu n’aies jamais soif.

J’apprivoiserai les abeilles/ Pour recouvrir ton pain de miel.

©Angèle Delaunois, «Parce que je t’aime», éditions Alice Jeunesse

Une belle déclaration d’amour à lire à votre enfant!

 

 

– Dis, maman, est-ce que tu m’aimeras toute la vie ? demande Archibald, un soir avant de s’endormir
– Hum, eh bien, je vais te dire un secret…, répond sa maman.

Ainsi commence le tendre inventaire des moments de vies partagés entre une mère et son enfant, où tout devient prétexte à s’aimer. Sur chaque double page, Astrid Desbordes a choisi d’opposer en vis-à-vis des situations contraires, qui jouent avec aisance sur les registres du quotidien et de l’imaginaire, de la poésie et de l’humour. Le message de cet irrésistible album est simple et limpide : l’amour est constant et sans condition. Mais c’est dans la toute dernière phrase que se cache le véritable secret : « Je t’aime parce que tu es mon enfant / mais que tu ne seras jamais à moi. » Les illustrations de Pauline Martin, subtiles dans le trait comme dans la couleur, soulignent avec force la délicatesse de cette formidable déclaration d’amour. (résumé des éditions Albin Michel Jeunesse)

Parlez-en à toutes les nouvelles mamans de votre entourage, celui-là remporterait facilement la palme de celui qui touche le plus leurs cordes sensibles! Les phrases de chaque double-page se lient à la perfection, démontrant bien que dans des situations opposées, on aime toujours notre enfant.

Je t’aime quand tu penses à moi, et quand tu oublies.

Je t’aime quand je pense à toi, et quand j’oublie.

©Astrid Desbordes, « Mon Amour», éditions Albin Michel Jeunesse

Les illustrations de Pauline Martin viennent compléter à merveille le texte, et l’on se reconnait bien dans les petits moments de la vie qu’elle choisit de mettre en image. Pour faire vivre un moment fort en émotions aux mamans que vous aimez, celui-ci est tout simplement exquis!

 

Ceux qui connaissent les oeuvres de Mies Van Hout reconnaîtront son style d’auteur dans ce superbe album, qui explique, en peu de mots, la relation d’amour inconditionnelle que porte un parent pour son enfant. Les dessins enfantins sur fond noir viennent ajouter au charme de l’oeuvre 🙂

 

 

Cet album cartonné de petit format rectangulaire esquisse un portrait émouvant de la relation affective qu’entretient un parent avec son petit depuis la naissance de celui-ci – voire avant – jusqu’à son tout premier envol. Le texte, qui s’amorce avec le titre « Hier, je t’ai… », prend la forme d’une énumération composée strictement de verbes au participe passé : « désiré », « espéré », « attendu », « découvert », « nourri », « dorloté », etc. À chaque double page, le livre présente, d’un côté, un de ces verbes écrit à la craie blanche sur fond coloré et de l’autre côté, une illustration poétique aux couleurs vives se découpant sur fond noir. Ces illustrations sous le signe de la tendresse et de la légèreté représentent, au fil des doubles pages, un cortège d’oiseaux accompagnés de leurs petits. Cet album tout simple au lien texte-image riche invite à se laisser toucher par la portée affective de certains mots dans un contexte d’une relation parent-enfant menant vers l’autonomie. (commentaire descriptif de Livres ouverts)

Pour ces mamans qui vivent avec la perte de leur propre maman…

Comme les situations sont bien différentes pour toutes les mères cette année, voici deux suggestions pour réconforter le coeur de vos mamans endeuillées.

Le narrateur énumère, comme les perles d’un collier, tout ce que sa mère a fait pour lui. Elle était là dans tous les moments importants, et elle sera toujours là…Déjà, les mots de Thierry Lenain résonnent, et les collages de Manon Gauthier leur font écho. Un duo tendre et complice pour un sujet qui demande du doigté. À temps pour la fête des mères.  (Résumé des Éditions d’Eux)

Le narrateur de l’histoire, c’est l’enfant, qui inventorie avec tendresse les beaux moments vécus avec sa mère, en terminant chacun de ceux-ci avec le même bout de phrase:  »elle était là ». Un album tout en douceur, dans lequel l’illustratrice Manon Gauthier met en avant-plan  l’affection entre la mère et son enfant. Très belle lecture pour bercer le coeur des mamans et leur rappeler que la personne qu’elles ont perdu…sera toujours là.

 

 

Une petite fille évoque son enfance douce et protégée  auprès de sa maman, avant que celle-ci ne soit reprise par  la terre… Commence alors pour l’enfant une odyssée à la  recherche d’un autre monde, tout autour, plus grand, pour  retrouver les mots et renaître  à la vie, différemment, grâce à  une rencontre et au dessin. Toute la richesse de l’univers graphique d’Ilya Green, dans une palette  de couleurs douces, pour traiter d’un sujet émouvant : la disparition  d’un être cher, la séparation, le souvenir.  Un très bel écrin pour abriter toute la sensibilité de l’artiste.(Résumé des éditions Didier Jeunesse)

Une autre belle découverte, à offrir à quelqu’un que vous aimez, vivant avec le chagrin immense qu’est la perte d’une mère. Ilya Green nous laisse sans mots avec cet ouvrage puissant, autant dans ses illustrations qu’avec son texte évocateur. Chaque mot est choisi soigneusement pour raconter l’amour et la perte d’un être cher, tout cela en jouant avec des mots sont directement liés à la nature.

Et puis, un matin,

une ombre est apparue sur la main de ma mère.

Puis une autre.

J’ai regardé en l’air

et les nuages n’étaient pas là.

J’ai regardé la terre,

et j’ai vu que les ombres venaient de là.

©Ilya Green, « Tout autour», éditions Didier Jeunesse

La jeune fille, faisant face au deuil, fera preuve de courage pour passer à travers cette épreuve difficile. Et elle y arrivera. Cet album à la couverture dorée et au format à l’italienne touchera certainement les mamans par son incroyable beauté et ce, dans son entièreté.

Aux mères aguerries, à celles qui débutent cette nouvelle aventure et à celles qui attendent impatiemment la venue d’un nouvel amour dans leur vie, j’ai envie de vous dire que nous sommes une seule et même famille, celle des mamans qui aiment inconditionnellement.

Bonne fête des mères à toutes! Que ces lectures vous permettent de vivre un moment de tendresse avec ceux qui vous sont chers.

Pour vous procurer les albums dont il est fait mention dans l’article…