Par Julie Robert


La plupart d’entre vous connaissent sans doute ce classique de la littérature jeunesse.  Pour ma part, j’avais lu à plus d’une reprise ce petit chef-d’oeuvre de Maurice Sendak paru  en 1973 à l’École des loisirs, mais je n’avais jamais eu la chance de me le procurer. C’est maintenant chose faite!!! 🙂 Vous pouvez vous imaginer ma joie lorsque je suis allée à la librairie Monet et que j’ai vu tout plein d’exemplaires de l’album sur les présentoirs!!

Enfin, ce classique vient d’être réimprimé…pour la joie de tous ceux qui désirent se le procurer!

max

(Source : Le blog de Thierry Murat)

Un livre qui a traversé le temps…

En 1963, lorsque ce livre a été publié en version originale «Where the wild things are» aux États-Unis, les critiques étaient alors négatives.  Une critique de l’époque avait écrit : «Nous n’aimerions pas qu’on laisse traîner ce livre dans un endroit où un enfant sensible pourrait le trouver et s’y plonger au crépuscule.» Critiques négatives, méfiance…difficile à croire lorsque l’on sait aujourd’hui à quel point cet album est un classique de la littérature jeunesse.

Traversant le temps, remportant finalement des éloges à tous les coins de la planète (dont le prestigieux prix international Hans Christian Andersen en 1970), le livre de Sendak est réimprimé en 2015 démontrant encore de nos jours son immense succès!!   Icône de l’innovation en littérature, Max et les Maximonstres continue encore aujourd’hui à nourrir l’imagination de la jeunesse d’ici et d’ailleurs.

maurice sendakReconnu par la critique comme le premier artiste ayant décrit ouvertement les émotions infantiles, Maurice Sendak s’est éteint en 2012 à l’âge de 83 ans.

«L’imagination, disait-il, est pour l’enfant le moyen de transport gratuit dont il se sert pour pouvoir poursuivre son chemin à travers les problèmes quotidiens.»

(Source de la citation : Maria Teresa Sá)

 


Quelques pistes d’exploitation pour le 1er cycle…

– ECR (Réfléchir aux exigences de l’interdépendance entre les êtres humains, lien avec la PAF): Discussion autour des «normes qui balisent les comportements de chacun dans la famille et à l’école» (PAF) Demander aux élèves : Est-ce qu’il t’arrive à toi aussi de faire des «mauvais coups» à la maison? Quelles sont les conséquences que tes parents te donnent alors? (Intéressant également de faire aussi un parallèle avec l’école, les règles et les conséquences.)

-Distinguer dans le récit le réel et l’imaginaire. Après relecture et modélisation, amenez les élèves à dégager les éléments réels et les éléments imaginaires de l’album. Discuter en grand groupe autour de la question suivante : À ton avis, pourquoi Max se rend-il au pays des Maximonstres? Est-ce qu’il t’arrive parfois de rêver à un monde imaginaire?

-En orthographes approchées, travailler des mots tirés de l’album : loup (1re année), manger (1re année), forêt (1re année), arbre (1re année), chambre (1re année), monstre (2e année), semaine (2e année), an (2e année), enfin (2e année), attendre (2e année)… Les réinvestir dans les écrits.

– En arts plastiques, reproduire son propre monstre (travailler par le fait même les figures planes).

max et les maximonstres_arts

(Source : Corbin296 via Pinterest)


Intérêt pour le 2e cycle : Observation de la variété au niveau de la mise en page (lien avec la PAF).

L’album de Sendak présente un grand intérêt au niveau du montage du texte et des illustrations. Dans les premières doubles pages, la dissociation est observée (texte à gauche et illustration cadrée à droite). Puis, successivement l’illustration sur la page de droite prendra de plus en plus d’espace dans la page pour en venir à déborder du cadre à partir de la page 9* et à être à fond perdu à la page 13. Dès lors, l’illustration débordera de la page pour s’étendre sur la double page et continuera à s’étendre dans l’espace (type association). Les pages 24 à 29 seront sans texte…l’illustration ayant pris toute la place, l’imagination prenant le dessus!  Puis, tout comme Max qui reviendra petit à petit dans le monde réel, l’illustration et le texte reviendront à leur mise en page initiale (dissociation). L’effet inverse sera donc observé au niveau du montage.

Après observation de cette variété, de ce crescendo et decrescendo de la mise en page, amener les élèves du 2e cycle à donner leur point de vue quant à ce choix de présentation de l’album. Faire alors un parallèle entre les éléments réels et les éléments fictifs de l’oeuvre.

*(Pour des fins de repérage, la page titre est considérée comme la page 1.)

Voir aussi le dossier pédagogique sur le site de L’école des loisirs : Max et les Maximonstres

Pour se procurer l’album : http://www.leslibraires.ca/

bas-de-page-article-blogue