Par Julie Robert

J’avais en ma possession depuis quelque temps ce roman, mais je n’avais pas encore pris le temps de lire. Dès le moment où je l’ai entamé, je n’ai pas été capable d’en décrocher. Un roman captivant, un roman qu’on dévore en une bouchée. 🙂 (Il se peut que certains élèves n’embarquent pas dès les premières pages : dites-leur de persister. Ça en vaut le coût, je vous l’assure.)

Avant l’ouragan c’est l’histoire de Lanesha, une jeune fille âgée de 12 ans qui a un don tout particulier : elle peut voir les esprits. Lanesha a perdu sa mère à sa naissance. C’est la sage-femme qui l’a mise au monde qui l’élève. Mama Ya-Ya, comme tout le monde l’appelle, a en effet pris Lanesha sous son aile. C’est à la fois sa mère et sa grand-mère adoptives.

Toutes deux vivent dans le District Neuf, un des quartiers les plus pauvres de La Nouvelle-Orléans. Ce récit se déroule sur quelques jours, neuf jours au total. C’est avant : avant Katrina. En 2005, un des ouragans les plus puissants de l’histoire des États-Unis s’abattait sur La Nouvelle-Orléans. FUIR, c’est ce qui était suggéré…Mais Mama Ya-Ya et Lanesha ne fuiront pas. Un récit intelligent pourvu d’une grande sensibilité qui nous plonge dans l’horreur vécue il y a maintenant plus de 10 ans.

Un roman dans lequel Lanesha nous raconte, d’un point de vue interne, sa vie avant l’ouragan. Mais que sera l’après? C’est sans aucun doute l’intention de lecture que je donnerais à mes élèves (et pourquoi pas une intention d’écriture).

Voici un extrait qui, je l’espère, vous incitera à vous procurer ce livre.

« Le présentateur météo, à bout de souffle, affirme à présent que l’ouragan va toucher le Mississippi et la Louisiane. Je suis Anxieuse : qui exprime l’anxiété. Crainte de survenue d’un danger réel ou imaginaire. Je me sens d’autant plus angoissée que j’ai regardé dans mon dictionnaire de poche la définition du mot « incommensurable ».

En maths, j’ai appris que tout peut être mesuré : l’air, l’eau, le volume, la vitesse, la profondeur. Alors pourquoi pas un ouragan? Ça y est, je l’ai dit. L’ouragan Katrina. » (Extrait page 92)


Voici ce que deux de mes élèves de la 6e année en ont pensé…

Je vous écris pour vous dire à quel point j’ai aimé le livre.
Je l’ai tellement aimé que j’ai décidé d’en apprendre plus sur l’auteure. Saviez-vous qu’elle a pris une quarantaine d’années avant d’écrire son 2e livre? Bien entendu, il s’agit du roman « Avant l’ouragan ». Elle attendait d’avoir une histoire qui l’inspirerait vraiment et je le crois. Ce livre m’a également aidée à enrichir mon vocabulaire et à en apprendre plus sur les ouragans. Dans ce roman, LA chose qui m’a le plus marquée a été de voir à quel point Lanesha est courageuse, elle qui, au fil du livre, a su rester courageuse d’étape en étape. La solitude, l’ouragan, la mort et plus encore…

J’ai beaucoup apprécié cette lecture. Elle était à la fois instructive et divertissante. J’ai pu en apprendre davantage sur l’ouragan Katrina. Le personnage de Mama Ya-Ya m’a beaucoup intriguée et j’ai même versé quelques larmes vers la fin du roman.


Roman traduit de l’anglais, je trouvais intéressant de vous montrer le travail fait par des élèves à la suite de la lecture du roman en version originale (Ninth Ward ou Neuvième District).


Pour vous procurer le roman dont il est fait mention dans l’article…