Une collaboration spéciale d’Audrey Boisjoli, enseignante au 3e cycle (classe multi 5e-6e), école Saint-Émile (CSDM)


L’EXPÉRIENCE TOMATOSPHÈRE

Ce dont il s’agit…

Le projet « Tomatosphère » est un programme qui a été mis sur pied en 2001 et qui est géré depuis 2014 au Canada par « Parlons sciences », un organisme axant ses interventions sur les sciences, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques. Cette expérimentation, ayant comme partenaire l’Agence spatiale canadienne, permet aux élèves d’en apprendre davantage sur les besoins vitaux des astronautes en ce qui concerne la nourriture, l’eau et l’oxygène entre autres. Le défi est simple : planter des graines de tomates, certaines ayant séjourné dans l’espace et d’autres non, et observer les différents plants pour émettre des hypothèses.

Par quoi commencer?

Il est possible de commander les graines de tomates à l’adresse suivante : http://tomatosphere.parlonssciences.ca/inscription. Lors de la réception, les graines sont séparées en deux sachets nommés L et M, et il n’est pas possible de savoir quel échantillon a séjourné dans l’espace ou non. Les élèves font donc face à un test objectif, c’est-à-dire qu’ils doivent comparer ce qui se passe à la suite de la modification d’une seule variable (le voyage dans l’espace ou non). La question vérifiable à laquelle ils doivent répondre est celle-ci : quels sont les effets de l’environnement spatial sur le taux de germination des semences de tomates?

Pour présenter le projet, une mise en situation est disponible sur le site du projet (voir l’adresse plus bas), mais ce vidéo  intéressant l’explique aux élèves d’une façon fort originale : https://www.youtube.com/watch?v=bgRXhJmh2gw. Il a ceci de spécial qu’il met en scène Thomas Pesquet, astronaute français de l’Agence spatiale européenne, présentant le projet en direct de la Station spatiale internationale… Tout à coup, l’attention est à son apogée !

Chaque élève a donc planté une graine du sachet L et une du sachet M dans des pastilles de tourbe achetées dans un commerce du quartier et nous avons commencé la consignation d’informations dans leur carnet scientifique. Plusieurs activités et tableaux sont disponibles sur le site du projet : http://tomatosphere.parlonssciences.ca/Ressources.aspx et il est facile de sélectionner les outils qui nous conviennent selon notre niveau d’enseignement ou les objectifs que nous souhaitons atteindre.


Pour introduire la littérature jeunesse…

J’ai profité de cette activité pour introduire les documentaires et travailler leurs différentes caractéristiques avec mes élèves. Lors d’une visite à la bibliothèque, ils avaient comme mandat de trouver un livre qui donnerait de l’information générale sur la tomate, de sa provenance à sa germination, des recettes possibles aux maladies qu’elle peut contracter. Grâce à la bibliothécaire, plusieurs documentaires avaient déjà été ciblés et la section alimentation a bien été présentée aux élèves. Ne jamais sous-estimer l’aide que peut nous apporter le personnel dans les bibliothèques de nos quartiers, cela peut assurément faire économiser plusieurs heures de recherche!

Avant la cueillette des informations pertinentes, nous avons fait le tour des livres pour en cibler les caractéristiques importantes : table des matières, index, illustrations, grosseur des lettres, simplicité de l’information, thématiques abordées, etc. En équipe de 4, ils ont eu la tâche de répertorier ces caractéristiques dans un tableau pour ensuite présenter leur coup de cœur aux autres élèves. Ils ont rapidement constaté que les documentaires qu’ils préféraient étaient colorés, pas trop chargés et possédaient une table des matières ou un index pour les aider à chercher.

Je vous présente leur « top 3 », sélectionné après un vote enlevant :

Un documentaire original qui permet d’en apprendre davantage sur plusieurs fruits et légumes, mais surtout de les observer une fois tranchés en dépliant un rabat fort sympathique. Les élèves ont fait remarquer la qualité des informations données, le plaisir de regarder les illustrations dessinées au crayon et bien entendu le rabat qui rend le tout plus dynamique.

  1. Le petit plus de ce documentaire, c’est que les enfants ont aimé découvrir comment poussent des fruits et des légumes, chose qui demeure parfois mystérieuse pour plusieurs d’entre eux. Par exemple, comment pousse la cacahuète, l’ananas ou l’avocat ? Ils ont bien rigolé lorsqu’un ami a avoué qu’il croyait que parce qu’il était brun, le kiwi poussait au ras du sol ! En passant, il existe dans la même collection « Dis, où habites-tu ? », « Dis, que manges-tu ? » et le tout dernier tout mignon « Dis, comment tu nais ? ». De quoi surfer sur le concept pendant un moment !
  2. Un autre coup de cœur des enfants, ce mignon petit documentaire qu’on croirait pour les plus jeunes, mais que mes grands du troisième cycle ont adoré. Son concept : chaque aliment porte un nom et l’on raconte son histoire comme s’il était « vivant ». Voici un extrait : « Miguel est une tomate rouge écarlate. (…) Il est né dans une famille nombreuse et multicolore : ses cousins sont roses, ses cousines sont jaunes, son demi-frère est orange, sa tante est verte et son beau-père est noir. » On raconte donc la provenance, les bienfaits nutritifs et les caractéristiques particulières de dix fruits et légumes, et ça se conclut avec de bonnes recettes simples et savoureuses. Vraiment marrant !
  3. Par la suite, chaque équipe a créé une carte sémantique concernant la tomate et un retour en grand groupe nous a permis de bonifier la carte de tout un chacun. Saviez-vous que la plus grosse tomate jamais récoltée pesait 3,814 kg ? Et oui, la tomate est un fruit d’un point de vue botanique, mais un légume d’un point de vue culinaire. Le débat est clos ! 😉


Pourquoi on aime ce projet?

Les tomates ont poussé, certains plants plus que d’autres. Les élèves ont noté leurs observations chaque jour et nous avons envoyé les résultats en passant par le site de « Tomatosphère ». Il a été possible

d’imprimer un certificat de participation au projet pour chaque élève et nous avons su que les graines de tomates du sachet « L » avaient séjourné sur la station spatiale en 2017. Fascinant !

L’activité « Tomatosphère » permet de passer à travers la démarche scientifique à l’aide d’un objectif concret et motivant pour les élèves. Puisque les résultats doivent être transmis à la toute fin, un sérieux manifeste entoure le projet et chacun se sent investi d’une mission primordiale, faire avancer les connaissances qui permettront aux futurs astronautes de mieux vivre dans l’espace.

On apprécie que cette activité roule depuis plusieurs années et que le site ait évolué en proposant de nombreuses ressources facilement accessibles et intéressantes qui permettent d’élaborer davantage s

ur le sujet en classe. On aime vraiment quand le matériel est déjà pensé de façon intelligente et utile.

Il y a aussi le fait que plus de vert dans une classe, c’est toujours bénéfique au quotidien. Les enfants avaient bien hâte de transplanter leurs petites pousses dans un pot plus grand et de rapporter celui-ci à la maison pour continuer de les faire grandir. C’est une activité qui exige de faire attention à la vie et qui rappelle à quel point la nature est forte et fragile à la fois…  Bonne récolte à tous !


Pour vous procurer les livres dont il est fait mention dans l’article, c’est par ici…